Shirley : le Karotz de la maison

Catégories: Domotique
Tags: Pas d'étiquette
Commentaires: 3 commentaires

Ca y est, j’ai reçu mon premier colis de matériel domotique avec la box (une Vera3 de Micasaverde, j’y reviendrai dans un futur article), 4 micromodules Fibaro pour volets roulants et une toute petite chose de geek, totalement électronique et donc indispensable : le Karotz. Je vous présente donc Shirley (fallait lui trouver un nom).

Le Karotz est un robot de la société Aldebaran Robotics, une société française. Ce robot ne bouge pas de sa place (il n’avance pas, il ne danse pas) mais il parle, il reconnaît la voix, il affiche une LED multicolore, il bouge ses oreilles et surtout, il est évidemment connecté au web.

Partant de ce constat, il peut lire un peu tout ce qui se passe sur Internet (Facebook, Twitter, Google News), répondre à une commande vocale (lire un e-book à haute voix), lancer une commande HTTP suite à une commande vocale (comme lancer le mediacenter, là aussi, va falloir que je vous fasse un article pour détailler un peu ce que c’est et à quoi ça sert), confirmer à voix haute la bonne exécution d’un ordre (l’alarme a bien été désactivée) ou tout simplement causer, de temps en temps, même s’il n’a rien à dire. Le gros inconvénient de ce robot est qu’il ne peut rien faire s’il n’est pas connecté. Tout passe par les serveurs d’Aldebaran, si un jour ils tombent en rade, ça ne fonctionne plus, et ça c’est pas glop.

Pour mieux comprendre comment fonctionne le Karotz, je ne vais pas réinventer la roue, je vais vous diriger vers quelques liens qui le présentent et qui expliquent très bien ce qu’on peut faire avec:

  • Le site du Karotz lui-même, il y a pas mal d’infos utiles.
  • Sur Maison et Domotique, Cédric Locqueneux a posté plein d’articles parlant du Karotz.
  • Sur la chaine YouTube du Karotz, on peut voir un peu ce que peut faire le lapin, en mode « dessin animé ».

Bon, pour l’instant, j’en suis encore à découvrir les fonctionnalités. Une API est disponible pour lui faire dire un peu n’importe quoi à partir d’une requête HTTP, du coup, un lien lancé depuis un navigateur, incrusté dans une page web, ou inclus dans une tâche de Tasker et le Karotz va parler.

J’avais déjà fait une tâche Tasker qui sert pour l’instant de prototype, mais qui à terme fera partie du système de la maison. La tâche me localise quand le GPS du téléphone est en fonctionnement, elle sait voir si je suis ou non dans un rayon défini autour d’un point précis (ici, 500m autour de l’appartement). Jusqu’à maintenant, le prototype ne faisait qu’afficher sur le téléphone un message qui disait quand je sortais ou quand j’entrais dans la zone. Désormais, il envoie un message HTTP à Shirley qui dit à voix haute quand j’entre dans la zone, ce qui prévient ma chère et tendre qu’elle peut faire chauffer la Senseo, gniark ! L’idéal serait que la Senseo puisse écouter ces messages et qu’elle se mette à chauffer toute seule, mais ça, elle sait pas faire.

A terme avec cette localisation via Tasker, l’idée est de pouvoir allumer la lumière extérieure de la maison s’il fait nuit, ouvrir la porte du garage et éventuellement désactiver l’alarme dès que j’entre dans un rayon assez court autour de la maison. le Karotz pourra prévenir que ces actions sont en train de se passer s’il y a quelqu’un à l’intérieur. De façon plus générale, Shirley devra prévenir chaque action automatique de la maison, il faut avoir un retour vocal de ce qu’il se passe, pour être averti que les volets vont se fermer tout seuls, par exemple.

Cette petite chose bourrée d’électronique ne servira donc pas à rien. Bien sûr, pour l’instant, elle ne fait que rappeler quand il faut sortir les poubelles ou énoncer le programme TV à heure fixe en soirée, mais à terme, elle sera la voix de la maison.

Commentaires
  1. ce billet est cité par Shaigan Reloaded > De Tasker au Karotz dit :

    […] article est une explication approfondie de ce que j’introduisais dans la présentation du […]

  2. […] FGR-221), la box domotique (une Vera 3) et Shirley le Karotz. J’en ai déjà parlé dans un précédent billet. Je passerai sur la configuration initiale de la box avec la création des pièces virtuelles (qui […]

  3. […] l’origine, le Karotz (que j’ai nommé Shirley) devait jouer le rôle de reconnaissance et synthèse vocale. Avec le recul et après avoir subi […]